le forum du fourgon aménagé
Bienvenue sur Fourgon-Nomade !

Afin de profiter pleinement de toutes les rubriques du forum, merci de vous identifier si vous êtes déjà membre, ou de rejoindre notre communauté si vous ne l'êtes pas encore.















 
AccueilAccueil  Fourgon-NomadeFourgon-Nomade  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Carte des membresCarte des membres  ConnexionConnexion  
Derniers sujets
» Ethanol
Hier à 17:08 par Dalton

» Empattement, maniabilité et passe-partout
Hier à 15:31 par berola

» Puissance d'un mercedes MB 100
Hier à 13:17 par Dalton

» Xavier rudd, vous conaissez ?
Mer 19 Juil 2017 - 20:27 par ClarusAD

» Et sinon, mise à part les Transporter ?
Ven 14 Juil 2017 - 20:36 par Dalton

» Cote & estimation d'un T4
Lun 10 Juil 2017 - 21:14 par Freak Brother

» ici il y en a pas comme celui-là..
Sam 1 Juil 2017 - 11:36 par didier012

» Portail de l’Habitat Léger
Ven 30 Juin 2017 - 18:31 par Freak Brother

» Recherche fourgon aménagé à acheter
Sam 17 Juin 2017 - 11:00 par mikaëlrun

» Avis porte vélo
Jeu 15 Juin 2017 - 14:09 par Freak Brother

VOTRE STICKER DU FORUM !

L'autocollant du forum disponible :




En envoyant un MP à Freak Brother
Voir aussi ce lien sur le forum

Mots-clés
espagne corrosion remplacement moteur lt28 expert technique camping TRANSPORTER multivan controle toyota solaire rouille Nv200 fourgon poêle hiace culasse ESSENCE liege
VOIR NOS LIENS AMIS :


Partagez | 
 

 Sans domicile fixe...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Freak Brother
Administratôr
Administratôr
avatar

Mon cam's : Transpo 4 sommairement aménagé
Masculin
Cochon

MessageSujet: Sans domicile fixe...   Lun 6 Juin 2005 - 18:09

thumright Voici un témoignage sympa tiré du site VeGaNTeKnO.Org:

La vie de nomade est quelque chose qui m'attirait depuis plusieurs années déjà. Je fréquentais des personnes qui vivaient dans leurs camions mais pas réellement sur les routes de facon nomade. Pour ma part c'est ca qui m'intéressait bien plus que le fait de vivre dans un camion - ce qui est déjà très fort au niveau de la remise en cause de notions telles que le confort moderne par exemple. Je voulais voyager sans attaches, être en vacances perpétuelles, vivre sur les routes au fil des rencontres, des découvertes, des pannes, …

Je suis devenu nomade par choix, mais cela ne s'est pas fait du jour au lendemain. Je ne me suis pas réveillé un matin en ayant l'envie de rejeter cette vie sédentaire comme ca, simplement pour voir. J'aimais voyager avec mon fourgon aménagé, aller en teuf et dans les rencontres politiques diverses. Petit à petit je partais plus souvent, plus longtemps et plus loin. La vie sociale des "gens biens" telle qu'on nous la présente : existence et plaisir par la consommation, épanouissement par le travail, bonheur dans l'amas de richesses… ne m'apparaissait plus depuis longtemps comme un model fiable. Et puis un jour j'ai appris que de manière assez rapide j'allais ne plus avoir de logement et je n'ai, en fin de compte, rien fait pour en trouver un autre. Voilà simplement comment je me suis retrouvé à vivre sur les routes dans mon fourgon aménagé.

J'ai rejeté cette société et sa logique sédentaire, mais c'est peut être bien aussi cette même société qui a fini par me repousser jusqu'à me faire disparaître. Car je n'ai plus d'adresse depuis quelques mois maintenant et c'est en la perdant qu'on se rend compte de l'importance que cette localisation géographique officielle de l'individu représente. J'ai des difficultés pour faire des démarches administratives simples, obtenir des papiers officiels, répondre à cette simple question : " d'où tu viens ? " … Mais je refuse catégoriquement de rentrer dans la logique policière qui impose aux " gens du voyage " de pointer chaque mois au commissariat de la ville où ils/elles se trouvent pour ne pas se voir recherché-e et être considéré comme coupable… de ne pas avoir d'adresse. Car une personne nomade non localisée devient, pour l'état francais, hors la loi !

Du même coup je suis devenu SDF, je n'ai pas de lieu d'habitation fixe. Mais je préfère les termes " nomades " ou " traveller " - qui ne sont pas connotés de facon trop péjorative. Non pas que je puisse avoir honte d'être assimilé aux SDF, ni même que je trouve ce terme péjoratif mais ce terme est devenu très négatif. Les SDF de l'imagerie caricaturale populaire ce sont les clochard-e-s alcooliques de nos villes, les paumé-e-s sales et qui font la manche. Pour ma part je suis un SDF volontaire et heureux de l'être. Je voyage, je ne paye pas de loyer (ni factures, impôts…), je migre en fonction des saisons : voilà pourquoi je préfère ces termes.

Sur les routes la vie prend un tout autre rythme, en fonction du jour, des saisons et du temps qu'il fait. Difficile de rester à veiller tard lorsqu'il fait nuit à 17:00 heures en hiver et sans télé (ce qui est un choix aussi). Difficile de passer une journée, voir plusieurs de suite enfermé sous la pluie sans pouvoir réellement sortir. La vie se fait presque dehors. Je me balade beaucoup plus avec mon chien qui adore ca. Je me suis mis à chercher des champignons et des plantes comestibles. Je me réveille chaque jour dans un endroit différent, sur la place d'un petit village, au cœur de Londres, au milieu de la forêt à quelques mètres de l'océan et dans quelques semaines au Maroc.

Je ne passe pas ma vie à travailler à plein temps - ni même à mi-temps d'ailleurs - pour un patron, mais cela ne signifie pas que je ne fais rien de mes journées. Je ne passe pas mon temps chez moi à me gaver de télé en me prenant sans cesse dans la figure que je suis un raté coupable de ne pas travailler. Ma vie aujourd'hui s'organise autour de choses simples comme le fait de trouver de l'eau pour remplir mes réservoirs, de la nourriture si possible gratuite, des toilettes et pourquoi pas du courant. Et le soir lorsque je mange j'ai plaisir à boire cette eau et à me chauffer car je sais d'où cela vient.

Je redécouvre la vie, les rapports humains simples. J'ai plaisir à parler avec les retraité-e-s qui promènent leurs chiens en plein milieux de l'après midi et en pleine semaine. Je rencontre d'autres nomades avec lesquel-le-s j'ai plaisir à discuter et partager nos expériences respectives. Je tombe en panne et c'est un vrai plaisir de voir des personnes, souvent ces mêmes nomades, venir m'aider.

Depuis que je voyage ainsi je préfère éviter de sortir le week-end et j'évite de rouler aux heures de sortie de bureau. Je fuis le monde du travail et ses zombi-e-s agressifs/ves et pressé-e-s de rentrer se vautrer devant la télé.
Je suis à côté de la plaque il paraît, grand bien m'en fasse ! Car si cette plaque est celle dont je côtoie les dérives je suis bien content de ne pas en être. En effet il suffit de rester dormir sur les parking en dehors des villes pour voir arriver toute une armée de mecs malsains en recherche de prostitué-e-s et tourner autour de mon camion telle des mouches. Ces mêmes personnes qui vont me juger de haut en me croisant dans les rues parce que j'ai une coupe de cheveux différente ou que je ne suis pas propre et à la dernière mode comme eux.

J'ai l'impression d'avoir quitté un monde d'hypocrisie pour le vrai monde. Un monde ou chaque instant est brut et véritable. Un monde ou les bons moments sont les meilleurs que j'ai connu et les mauvais assez rares et souvent avec une solution inattendue et parfois même agréable. Les personnes que je rencontre maintenant sont vraies, sans faux semblant et sans effets. Je vois les personnes telles qu'elles sont réellement : méchantes et excluantes sous des airs de ne pas y toucher mais aussi vraiment sympa et chaleureuses.

Le monde normal ne m'aura pas, c'est dans ce monde vrai que je veux vivre dorénavant !
Revenir en haut Aller en bas
Freak Brother
Administratôr
Administratôr
avatar

Mon cam's : Transpo 4 sommairement aménagé
Masculin
Cochon

MessageSujet: Re: Sans domicile fixe...   Mar 7 Juin 2005 - 18:32

Good Perso, j'peux pas anticiper sur les intentions de l'auteur, qui d'ailleurs, selon toutes vraisemblances, vit véritablement en nomade...et donc un peu moins que nous virtuellement, derrière nos écrans...
:Star: Et tout d'abord, la solitude peut être vécue par chacun de nous, seul, en famille, dans un grand centre urbain, dans la foule, ou un village à la campagne....
Qui d'entre nous n'a pas osé entreprendre un voyage, une aventure par peur d'être seul, et s'est réfugié, par confort, au sein d'un groupe, d'amis, de la famille, pour quelque chose de moins..."risqué".
Qui d'entre nous n'est pas parti un jour seul, peut être à l'autre bout du monde et n'a pas senti que toutes choses devenaient dix fois plus fortes, les rencontres beaucoup plus intenses ?...
Qui d'entre nous un jour, n'a pas dormi à la belle étoile, et étant seul, s'est découvert des peurs inexplicables, et delà, grande fût la découverte sur soi (vl'à que j'me prend pour Yoda!)
:Star: Et si ce nomade vit quelques fois de "grands moments de solitude" (comme tout un chacun finalement) cela est bien compensé par les nombreuses rencontres et autre qu'il ou elle peut bien faire au long de sa route (ce que l'auteur dit ds son texte).
:Star: Et puis, il y a de nombreux témoignages, de livres qui relatent des expériences de couples avec enfants, qui pendant un an ou deux voyagent avec un cam's aménagé, véritablement en nomade !...
On pourrait même dire pour conclure, que cette "solitude" n'est pas le "prix à payer", mais bien au contraire, une récompense !.. flower

_________________
Utilisez la fonction pour modifier vos messages !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sans domicile fixe...   Mar 7 Juin 2005 - 23:17

Y'a effectivement des gens seuls alors qu'ils vivent dans un immeuble avec 5 autres appart sur le même palier et je pense que cette solitude est vraiment plus dure à vivre car on est entouré sans l'être en réalité.
La solitude de ce nomade est saine et choisie, il ou elle le vit certainement très bien ainsi (mieux vaut être seul que mal entouré), on a du mal à se mettre dans sa peau, on va donner un avis de citadin (pas l'habitan de la ville mais celui qui vit dans la cité : terme philosophique extrait de ma mémoire provenant des cours de philo au lycée), on a pas sa vision des choses.
Son témoignage est vraiment bien : ça nous remet à notre place je trouve.
Il vit comme le faisaient les hommes avant de construire des cités, à la recherche d'autre chose, peut-être va-t-il trouver cette chose un jour sans savoir ce qu'il cherche.
Ouah, ça devient hyper philosophique là scratch
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sans domicile fixe...   Mer 8 Juin 2005 - 16:07

Il est beau ce témoignage, dépourvu d´aggressivité. Je dis cela car il m´est arrivé de cotoyer des nomades qui avaient acquis une haine farouche de la "société" et considéraient que les "intégrés" étaient tout bonnement des c..., ce qui cela dit en passant m´est souvent apparu comme une étroitesse d´esprit.
Il est évident que la "société" est remplie d´abérations, de gens qui passent leur vie devant la télé, d´autres qui se promènent le week end au supermarché, des énervés qui submergés par leur vie sont prêts à vous écraser, ou encore les volontaires qui passent leur vie en groupe devant les portes de ces même supermarchés en sirotant bouteilles après bouteilles le regard aussi vide que celui de leur chien.
La société de consommation est surement en partie derrière tout cela. Je ne peux cependant pas m´empecher de penser que les hommes "comme ils sont réellement" (pour reprendre ses mots) sont par définition responsable de cette pauvreté. Oui je suis négatif mais avec ou sans société de consommation, j´ai l´impression que comme il le dit les hommes sont tout autant méchants, excluants, sympas, chaleureux... ajoutons intéressants, pauvre d´esprit, plein de passion, secs, compréhensif et bien d´autres adjectifs positifs comme négatifs.
Je pense que la vie en société, avec l´appartement et le tutti quanti du sédentaire n´empeche pas nécessairement de prendre les gens pour ce qu´ils sont et, tout en ressentant les limites de notre modèle de société , je m´interroge sur la possibilité d´avoir des hommes différents de ceux que je cotoies tous les jours avec leurs qualités et leurs défauts.
Après il est certain que nous sommes faconnés dans des valeurs douteuses mais il ne tient qu´à nous de faire de notre mieux pour les atténuer sans pour autant tout rejeter, d´autant que ces valeurs se doivent d´évoluer naturellement. Après le négativisme certains diront que je rentre maintenant dans l´utopisme cela dit je pense (malgré la fixation du gouvernement francais pour ce thème...) que la valeur travail devra s´atténuer car le modèle dans lequel nous vivons atteint une efficacité telle que beaucoup moins de personnes sont nécessaire pour en assurer le fonctionnement. Ainsi, je crois que dans l´a venir la société admettra l´oisivité plus facilement. Négatif, utopiste et je termine sur une note positive !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sans domicile fixe...   Ven 29 Juil 2005 - 9:09

Ce texte depuis qu'il a été publié je le lis souvent... Et je le trouve beau! Ce gars a réussi, je pense, un truc que beaucoup de monde voudrait avoir le courage de faire... Tout lâcher et vivre sur le bord de notre société de consommation!
J'aime bien aussi la façon dont c'est écris en acceptant totalement que beaucoup de monde ne puisse pas comprendre ses choix.

Néanmoins un truc me dérange: il est complètement sorti du monde de consommation, d'après lui... Là je pense qu'il est faux: il est toujours dépendand de ce monde par le simple fait d'avoir un camion qui consomme du carburant et des pièces! Pour moi cette personne prend ce qui l'arrange et laisse de côté ce qui le dérange. De même le jour ou il sera malade, il sera dépendant de cette fameuse société de consommation qu'il rejette... Et ce jour là il sera probablement bien content de pouvoir se reposer sur un système social et de santé perforamant, qui a un coût et qui est payé par les gens qu'il nomme zombie.

Je pense que son mode de vie est envisageable, mais pas avec un camion: si il allait à pieds ilserait encore moins dépaendant de notre société...

Maintenant, et dans le but de lancer le débat, je voudrais lancer un question de réfléxion à tout le monde: Imaginez quelques instant que la majorité des gens fassent comme lui... Qu'est ce que cela donnerait à grande échelle???

Je ne suis pas, et de loin, pour notre société de surconsommation actuelle et ce genre de personnes qui ont le courage de tout laisser pour vivre plus simplement me fait beaucoup réfléchir et me donne bien envie. Néanmoins, je ne pense pas qu'il soit possible de ne plus dépendre du tout de cette société de consommation... Et je ne suis pas d'accord de ne prendre que ce qu'il est obligatoire de prendre en laissant de côté tout ce qui me dérange.

Par contre je pense que des solution alternatives sont possible pour gentiment créer cette fameuse décroissance dont on parle beaucoup et qui un jour arrivera de toute façon. Notre choix actuel est de le faire calmement en l'ayant décidé ou alors ça nous tombera violemment sur le couin de la g...le.

Voilà, loin de renier que ce gars a u ncertain courage dans sa démarche, je pense que ce n'est pas la solution pour l'ensemble de la population pour aller vers une vie plus saine et qui préservera notre planète.
Revenir en haut Aller en bas
Freak Brother
Administratôr
Administratôr
avatar

Mon cam's : Transpo 4 sommairement aménagé
Masculin
Cochon

MessageSujet: Re: Sans domicile fixe...   Mar 2 Aoû 2005 - 2:12

Si on lit bien ce petit récit, à aucun moment il peut-être possible de savoir, si il s'agit d'un gars...ou d'une fille !...

Pourquoi encore, vouloir voir les choses "à grandes échelles" ?....
N'est-il pas suffisant qu'un petit nombre, une "élite" en quelque sorte, nous encourage à un peu moins de conformisme ?...
Et comme les extrêmes se rejoignent souvent, cette élite pourrait être à la fois, issue de la classe politique, des dirigeants qui donnent par leurs actes, et leurs discours des exemples de "dèveloppement durable", aussi bien que par des marginaux, qui en frappant les mentalités par leur comportements, ont pour effet de nous remettre en question...

"Un peu moins de conformisme", n'est pas à prendre uniquement dans un sens matériel, il n'est ni utile, ni finalement positif, de caricaturer et de se voir poussant une roulotte avec les bras !..
L'égoïsme et la mentalité "petit bourgeois" est aussi bien partagé par des gens fortunés, que par des économiquements faibles !...
Il n'y a donc pas de solution globale, pour l'ensemble de la population. Des solutions viendront de la qualité, elles ne viendront pas de la quantité.
C'est d'une petite quantité d'individus que viendra l'exemple, les idées, les solutions. Il pourra alors, s'effectuer une "descente" sur la grande majorité des individus.
Il n'est pas interdit de penser, que potentiellement et virtuellement au moins, ce genre d'individualité puisse exister sur certains forums de nomades !...

_________________
Utilisez la fonction pour modifier vos messages !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: --- relecture ---   Mer 24 Aoû 2005 - 21:36

Je viens tout juste de relire ce texte sur le témoignage de ce SDF, de ce Nomade, en ce début de semaine lorsque j'ai découvert ce site le premier "post" que j'ai lu c'est ce témoignage et il m'a ému...

Je n'ai pas voulu réagir immédiatement à chaud, et ce soir il m'impressionne encore beaucoup je trouve ce témoignage très fort, très beau, lucide, courageux... En ce qui nous concerne, ma famille et moi même nous vivons a des années lumières de ce type de fonctionnement, je suis un consommateur, matériellement je suis dans le système intégralement. Mais je trouve raffraichissant qu'il y ait ce type de personnage, je ne suis nullement gêné qu'il "profite" de la sécu. ou bien du Rmi ou bien des "nationales" encore pour un temps gratuites, mieux que ça je trouve que ce genre de mec devrait un subventionné ! Oui je ne suis pas loin de penser qu'un Nomade de cet acabit est une sorte d'élite...
Revenir en haut Aller en bas
André
Compagnon de Route
 Compagnon de Route
avatar

Mon cam's : Ducato + Cellule Moncayo
Masculin
Cochon

MessageSujet: Re: Sans domicile fixe...   Mer 8 Fév 2006 - 18:35

Je viens de lire le témoignage.

Oui, c'est beau. Comme un idéal. C'est-à-dire d'une beauté illusoire qui ne doit pas cacher la dure réalité environnante.

Si notre homme roule en camion, c'est que des zombies, très méprisés dans le texte, de la société normale l'ont fabriqué; s'il roule sur des routes, c'est que des trimardeurs, qui auraient préféré vivre sous les cocotiers sans doute, ont sué toute leur eau pour les établir et les maintenir en état; s'il fait le plein d'eau potable, s'il use des toilettes publiques, s'il bénéficie de la CMU, du RMI et de je ne sais quoi d'autre, c'est que les enchaînés que nous sommes travaillent, et mettent la main à la bourse pour remplir les caisses, d'ailleurs toujours vides, des mannes dont notre homme bénéficie.

Vivre libre est un choix difficile. Difficile, parce que la liberté à un prix, et même un prix fort, qu'il n'appartient pas à ceux qui n'en n'ont pas fait le choix de payer à la place des autres.

La solidarité doit s'exercer, c'est vrai, et beaucoup plus qu'elle ne s'exerce. Mais elle doit aller prioritairement vers ceux qui n'ont pas choisi de ne rien avoir. Les autres doivent assumer.
Notre homme se dit heureux de sa situation. Tant mieux, parce ce que les gens heureux sont paisibles, et nous ne demandons tous qu'à vivre en paix (Enfin, tous : c'est de l'évangélisme). Mais qu'il ne méprise pas ceux qui lui permettent de vivre sa vie sans rien donner en retour utile à la vie des autres.

C'est une réaction à chaud, sans réflexion préalable.
Revenir en haut Aller en bas
Freak Brother
Administratôr
Administratôr
avatar

Mon cam's : Transpo 4 sommairement aménagé
Masculin
Cochon

MessageSujet: Re: Sans domicile fixe...   Jeu 9 Fév 2006 - 13:48

Réaction bouillante, épidermique !.....
La personne qui écrit, encore une fois, n'est peut-être pas un homme, mais une femme......"C'est peut-être un détail pour vous, mais pour moi cela veut dire beaucoup", bref on ne sait jamais.....

Je ne vois toujours rien dans ce texte, d'attitude anti-sociale, de haine des gens et de leurs modes de vie.....
Bien au contraire, il est question de "promener son chien l'après-midi avec des retraités", de faire des rencontres avec d'autres nomades aux hasard de pannes notamment, ainsi que "de redécouvertes des rapports humains simples", etc.

Concernant les zombies "de l'heure de pointe", les attitudes frileuses et conformistes, c'est une réalité !.....
A Paris, dans les grandes villes, les gens se bousculent, se marchent dessus avec une attitude mécanique ne relevant plus de l'être humain !....
Mais à cent bornes de là, dans une ville moyenne ou petite, les comportements sont très différents, il s'agit pourtant c'est évident, des mêmes individus !....

Donc vouloir aborder, peut-être provisoirement d'ailleurs, un mode de vie nomade, me paraît être une école, une initiation, pour comprendre nos sociétés, des plus intéressants...
Une école d'humilité aussi, immédiate dans ses effets, car dès que vous êtes véritablement nomades, les gens et la société vous font très vite comprendre, comme un réflèxe conditionné de protection, que vous n'êtes pas comme les autres !.....

D'autre part, souhaiter que dans le monde du travail notamment, les ouvriers, employés, ne soient pas considérés comme des hommes-machines, mais plus comme des artisans, des gens de métier, ne relève pas à mon avis, ni du mépris, ni de l'égoïsme.....

Toujours est-il qu'à chaque fois, ce petit texte, très bien conçu d'ailleurs, réveille en nous des sentiments d'admiration, mêlé à de l'éxaspération, j'aime bien....

_________________
Utilisez la fonction pour modifier vos messages !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sans domicile fixe...   Jeu 23 Mar 2006 - 12:21

Je viens de découvrir ce texte et je le trouve super!!! Il explique exactement ma facon personnel de voir la vie en camion et tout ce que je n'arrivais pas à expliquer au gens quand il me demandait pourquoi je voulais vivre dans mon camion!!
Qu'une femme ou un homme l'ai écrit c'est du pareil au même il est très joliment écrit.
Par contre Esteban tu parle qu'il faudrait un monde qui n'es pas basé sur l'argent, je tiens quand même à dire que en vivant en camion nous profitons du syteme...
Trouver de la nouriture gratuit par exemple c'est dans les poubelles parce qu'il non plus le droit de la vendre alors qu'elle est encore mangeable, sans argent il n'y aurait personne qui aurait jeté cette nouriture.
Pour avoir un camion il faut de l'argent encore un fois, tout d'abord pour le construire et ensuite pour l'acheter.
Pour rouler il faut du gazoil, pour s'habiller il faut de l'argent ou du moin quelqu'un qui finance la fabrication d'habit donc encore une fois de l'argent.
C'est comme sa.

bye :dwarf:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sans domicile fixe...   Jeu 23 Mar 2006 - 17:07

Esteban: il n'ya pas d'épuisement des ressources , elles sont monopolisées et vendues au plus offrant. Certaines rivières sont détournées.
Pas d'argent, pas d'eau. Ex: un palestinien ne peut presque pas boire ni se laver, Israel exporte des fleurs vivantes avec petit pot d'eau pour le transport à chacune...Alors, y'a de l'eau ou pas?
Revenir en haut Aller en bas
Freak Brother
Administratôr
Administratôr
avatar

Mon cam's : Transpo 4 sommairement aménagé
Masculin
Cochon

MessageSujet: Re: Sans domicile fixe...   Ven 24 Mar 2006 - 9:58

407sheebe a écrit:
Je viens de découvrir ce texte et je le trouve super
Sans autre analyse, ce texte contient et dégage une "énergie" !..
Citation :
..."il faut de l'argent"...."C'est comme sa. "...
L'argent n'a pas toujours été l'unique moyen d'échange et de commerce, et on pourrait tout à fait concevoir qu'il en soit ainsi à nouveau.....
Mais dans les sociétés traditionnelles basées sur des principes d'ordre supérieurs, l'argent, la monnaie, était non seulement un moyen de paiement et d'échange, mais aussi un "vehicule" qui transportait des principes d'ordres spirituels, et ce que l'on frappait, gravait, sur des matières en général nobles n'était pas le fruit du hasard.
Il s'agissait de symboles, géométriques ou allégoriques, qui ainsi "parcouraient" la société, et par là même "agissaient"....Et ces monnaies frappées, étaient un gage de sécurité et de stabilité....
Il n'en va plus de même aujourd'hui, et depuis plusieurs siècles en fait, où les monnaies sont régulièrement "altérées", par les différents pouvoirs, et dans tout les cas, ne sont plus des supports véhiculants et diffusants dans la société des "valeurs" autre que matérielles.....


Gabatxo a écrit:
Alors, y'a de l'eau ou pas?
Oui il y a de l'eau, c'est même la ressource la plus abondante qui soit, et même si certains en parlent en termes de pénurie, et font la comparaison avec le pétrole....
Inégalement située certes, plus ou moins abondante ici ou là....
Les vraies questions sont que l'eau est très mal étudiée d'une part, et très mal partagée d'autre part...
Mauvaise connaissance, car des millions de gens meurent ou sont malades, non pas à cause du manque d'eau mais de la qualité de l'eau et de maladies liées à l'eau.....
De nombreux cas où des ONG ont installé des pompes, qui en fait extrayaient de l'eau avec un taux de fluor important, c'est le cas en Inde notamment, où des gens par millions sont atteint de cancer....
Connaissance, technologie, gestion, partage c'est ça le problème de l'eau !....Il est anormal aussi, que chez nous l'eau soit monopolisée par un ou deux grands groupes qui font des fortunes avec, il est anormal aussi le prix que l'on nous fait payer !.....
Car c'est aussi une manière de déresponsabiliser et de tenir le public dans l'ignorance de cette ressource commune....

Citation :
Ex: un palestinien ne peut presque pas boire ni se laver, Israel exporte
Là encore, on sait que depuis longtemps Israël exploite des technologies d'irrigation et de traitement de l'eau salée....Le fait qu'une partie des Palestiniens n'en profitent pas, tient là encore du domaine du partage, de la gestion, de la politique....
il est donc urgent d'instaurer, à commencer dans nos pays, une façon différente et moins mercantile de concevoir cette ressource, puisque depuis toujours, elle est une arme redoutable.....Donnant la vie car à l'origine de tout, mais aussi la mort, véhiculant des poisons, ou en étant absente....

_________________
Utilisez la fonction pour modifier vos messages !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sans domicile fixe...   Lun 24 Avr 2006 - 11:16

je vis aussi en camion mais je ne juge pas les gens qui ne font pas comme moi. Je regrette juste que la norme dicte sa loi, que ce soit le plus grand nombre qui montre le chemin tracé...
Je ne veux pas forcement m'exclure de la societé, mais je trouve dommage que ce choix ne soit pas disponible et que malgré tout on sente toujours une hostilité latente envers les parasites qui profitent du systeme tout en le critiquant... attitude nuancée chez certains mais c'est ce que je ressens dans beaucoup de discours sur ce sujet

Je refuse de payer un loyer pour ne pas avoir à travailler pour me loger, mais je ne refuse pas de travailler(pour info j'ai juste touché le RMI pendant 2 ans, et je n'ai jamais demandé le chômage, je pense donc être bien loin de profiter)
Le problème c'est que je ne veux pas forcement travailler toute ma vie comme saisonnier ou autre, mais si je veux un boulot "interessant", il me faudrai renoncer à ma vie nomade.

C'est là que s'arrete ma reflexion car je n'ai pas encore fait le tour de la question, peut etre que c'est possible et j'espere pouvoir en discuter avec des gens qui ont traversé ces mêmes epreuves(car c'en est croyez moi!)
Revenir en haut Aller en bas
Freak Brother
Administratôr
Administratôr
avatar

Mon cam's : Transpo 4 sommairement aménagé
Masculin
Cochon

MessageSujet: Re: Sans domicile fixe...   Dim 7 Mai 2006 - 19:53

En tout cas, en dehors de toutes considérations d'ordre morale, économique ou financière....Beaucoup de gens qui n'ont pas une vie des plus extraordinaires en termes de logements, d'environnements, etc...Se refusent à étudier la possibilité de vivre à l'année dans un cam's bien aménagé....Un fourgon ou cam's de ce type représente un certain investissement certes, mais les avantages et les libertés sont nombreux.....
Possibilité de choisir des lieux sympas proches de son travail, ou de se rapprocher d'amis, fuir des événements à la con genre "fête de la musique" et aller dormir au bord d'un fleuve....( Laughing ), etc, etc....
On peut claquer un peu de fric dans les laveries ou pressing, pour les ceuss qui doivent bosser en costard.... :face:

Il suffit de conserver une adresse fixe chez un proche ou autre pour les papiers administratifs...
La vérité est que beaucoup de gens n'osent pas tout simplement, et trouvent inévitablement un tas d'inconvénients à ce mode vie....
Pourtant dans des pays comme les USA, que l'on critique souvent mais qu'en général avec 15 ans de retard on adopte quand-même le mode de vie.....L'itinérance, le nomadisme, la vie en cam's est une chose très courante....
Dommage qu'en Europe et particulièrement en France, on veut à tout prix son "petit boulot" le plus longtemps possible, toujours le plus près possible de son appart que l'on loue à prix d'or !... clown

_________________
Utilisez la fonction pour modifier vos messages !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sans domicile fixe...   Lun 12 Juin 2006 - 16:36

je suis d'accord avec la majorité de ce qui a été di, je recherche des personnes avec qui en discuter pour avoir des témoignages, en effet je fais actuellement un mémoire sur le mode de vie des travellers et dans mes recherches je ne trouve que des documents sur les SDF et leur exclusion, documents assez négatifs
merci a ceux qui me répondront
Revenir en haut Aller en bas
Freak Brother
Administratôr
Administratôr
avatar

Mon cam's : Transpo 4 sommairement aménagé
Masculin
Cochon

MessageSujet: Re: Sans domicile fixe...   Mar 13 Juin 2006 - 23:12

Depuis quelques années on assimile le terme SDF à des notions de précarité, de chaos social, de souffrance, de galère...

Mais en réalité SDF (sans domicile fixe) est un statut choisi par beaucoup et reconnu comme tel par l'administration...
Les forains, les commerçants itinérants, les nomades, les gens qui vivent sur des péniches, ou sur des bateaux de luxe, sont SDF...

Ils doivent déclarer un domicile dans une commune de leurs choix, ont le droit de vote, etc, etc...

_________________
Utilisez la fonction pour modifier vos messages !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sans domicile fixe...   Mer 28 Juin 2006 - 15:23

exactement, et étant donné que je rentre bientot dan sle monde du travail en tant que travailleurs social, je ne veux être la professionnelle qui ne réflechit a ce qui se passe autour d'elle et fait ce qu'il lui est demandé (ex : réinserer les sdf dans un logement) et s'ils n'ont pas besoin de logement? s'ils se sentent mieux ainsi? c'est pour cela que je fais cet appel à temoin pour n epas arriver professionnelle et être a cote de la plaque
Revenir en haut Aller en bas
Freak Brother
Administratôr
Administratôr
avatar

Mon cam's : Transpo 4 sommairement aménagé
Masculin
Cochon

MessageSujet: Re: Sans domicile fixe...   Mer 28 Juin 2006 - 20:04

Je pense que malgré tout, si il y a bien deux priorités fondamentales dans la vie, c'est un toit et un travail....

Mais les structures qui s'occupent de faire passer un SDF à la rue et sans ressources, au statut de personne dignement logé avec un job, sont souvent, ou ont été longtemps des foyers inhumains, considérants leurs hôtes comme des prisonniers, et les privants d'une part, de l'envie de s'y rendre, et d'autre part, leurs interdisants toutes formes de réinsertion !....

Du reste, j'ai côtoyé à une époque de ma vie ces genres de personnels, et dont on pouvait se demander s'ils n'étaient pas plutôt des matons refoulés, et encore le maton lui, ne se cache pas derrière un pseudo statut social...

D'un autre côté, il semble de plus en plus difficile d'adopter un mode de vie semi-nomade, dû moins aux yeux de la collectivité...
Parce qu'à une époque, beaucoup ont vécus aux rythmes des récoltes, des rencontres, des voyages....
il existait un genre de périple avec lequel en plus on gagnait fort bien sa vie, qui consistait à aller faire les olives en Crête, on revenait pour les vendanges (les petits malins allaient les faire en Suisse), on enquillait sur le maïs, et pour finir avec les pommes !...
L'air de rien j'en ai connu qu'on continué longtemps comme ça...Un véritable statut d'itinérant... Laughing
Au plan agricole, y'a pas eu tellement plus de mécanisation, mais on préfère faire bosser des "troupeaux" d'immigrés, au doigt et à l'oeil, qu'on cache, et dont on préfère ne pas faire mention sur les belles barquettes de fraises !....

Tu fais un métier génial, continues, bon courage !... thumright

_________________
Utilisez la fonction pour modifier vos messages !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sans domicile fixe...   Mer 12 Juil 2006 - 3:20

je suis tout a fait d accord avec le premier témoignage vivant moi meme ds mon camion avec mon copain et mon chien et bien je trouve que c un bon mode de vie...on peut travailler et habiter en camion sans problemes...on a pas de voisins relous on rencontre pleins de gens ms bon c pas toujours rose...la police aime bien venir ns voir et ns dire de bouge...ms bon on va 20m +loin et ps voila..
franchement c vraiment sympa
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sans domicile fixe...   Jeu 3 Aoû 2006 - 12:40

merci pour ces encouragements
il est vrai que c un metier super sui m'attend cependant il reste encore beaucoup d'idées recus et je ne veux rentrer dans le moule de ce travailleur social qui a des objectifs de réinsertion et qui veut les atteindre sans meme prendre en compte la personne
merci pour ces temoignages s'il y en a dautres.....
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sans domicile fixe...   Mar 8 Aoû 2006 - 19:03

salut moi aussi je vis dans mon cams et c'est vraiment sympa, je parcoure l'Andalousie depuis un moment et maintenant je connais les bons spots, je connais aussi un certain nombre d'endroits privés (des amis qui ont un terrain par exemple) où je peux poser mon cams sans probleme.
J'ai la chance de faire un boulot (artiste de rue) qui ne necessite pas un endroit fixe, au contraire, je travaille pratiquement tous les jours dans un endroit different. Mais c'est quand meme pas evident au niveau financier.
Je me debrouille toujours pour avoir une sorte de base, qui change regulierement, mais un endroit ou je peux laisser des affaires, dormir quand le popo est en panne...Pour ça ya les amis, ou en ce moment par exemple je squatte le local de la compagnie avec laquelle je bosse.
Voila, ceci dit je pense quand meme trouver autre chose pour passer l'hiver...
Revenir en haut Aller en bas
Freak Brother
Administratôr
Administratôr
avatar

Mon cam's : Transpo 4 sommairement aménagé
Masculin
Cochon

MessageSujet: Re: Sans domicile fixe...   Jeu 17 Aoû 2006 - 23:29

Y'a un membre ici, Rasteff, qui dirige une compagnie de théâtre itinérante...



Son cam's...A vrai dire il n'a jamais encore posté, mais il a laissé cette présentation sur la carte des membres (Ardèche):


@rasteff a écrit:
Ivéco 3510 Turbo Daily en caisse 20m3.
Aménager en maison... Et comme je suis administrateur d'une Cie de Théâtre Itinérant il sert aussi de bureau, pour transport du matériel... Il tract en général notre chapiteau...

Arrow site web


_________________
Utilisez la fonction pour modifier vos messages !


Dernière édition par Freak Brother le Dim 18 Sep 2011 - 11:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sans domicile fixe...   Sam 2 Déc 2006 - 1:00

Je suis heureux de voir beaucoup de réalisme dans toutes vos réactions.

J'aime entendre parler de gens qui "profitent" de cette société en vivant juste "à coté", et qui en retour tiennent compagnie à nos grand parents :) Au fond ils en font partie à leur façon :)

Je me rappelle la remarque d'un pote pro catalan: je lui disait que j'avais horreur de pisser dans des chiottes face à un mur, je préfère largement la nature, un arbre... Il me répond, il y a 50 ok, mais aujourd hui imagine l'odeur si tout le monde pissait dehors!!!

Alors montrons l'exemple, chacun à son niveau, que ce soit pour un picnic, un week end, des vacances, ou une vie entière, vivons dans nos camions en respectant notre prochain quelque soit son choix, et en respectant notre environnement

Il y a des gens qui passerons leur vie à bosser parce que c'est leur choix, d'autres qui passerons leur vie à se ballader parce que c'est leur choix. Le miens est d'alterner.
J'aime faire mon ingénieur pour apporter des innovations utiles à la société (www.verdier.ca je leur ai proposé mon aide désintéressée), avoir une vie de famille dans un foyer, mais aussi vivre dans mon cams un week end, ou qqes mois

Bonne continuation à tous
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sans domicile fixe...   Lun 11 Déc 2006 - 18:59

J'ai trouvé ce témoignage très touchant et j'ai beaucoup de mal à comprendre les réactions négatives à l'égard de cette personne.

C'est vrai que lorsque l'on vit déconnecté de toute cette réalité on découvre le monde différemment. On vit plus en osmose avec la nature, avec son corps et avec les gens. Je crois d'ailleurs que l'homme n'aurait jamais dû tant s'éloigner de ce mode de vie. Regardez dans quel monde nous vivons ! Combien de personnes peuvent s'affirmer pleinement heureux et en harmonie avec soi-même ? J'en connait de moins en moins, ceci dit, la plus part de ceux ci sont effectivement nomades. surement un hasard...

Contrairement à ce que l'on peut penser, ces personnes là ne sont pas des profiteueuses qui exploitent les ressources publiques, ils se débrouillent très bien sans, mais les apprécient à leur juste valeur lorsqu'ils les utilisent. Et partagent ce qu'ils ont à partager, chose qui se fait très rare dans les villes où le moindre regard est perçu comme une agression !

Cette vie m'attrait tout autant, la différence c'est que moi je n'ai jamais trouvé le courage de tout lacher comme ça, et j'admire tous ceux qui en sont capables !

Chapeau Freak brother !
Revenir en haut Aller en bas
Freak Brother
Administratôr
Administratôr
avatar

Mon cam's : Transpo 4 sommairement aménagé
Masculin
Cochon

MessageSujet: Re: Sans domicile fixe...   Mer 13 Déc 2006 - 17:05

....Le "coup de chapeau" est pour l'auteur de l'article, tiré du site cité plus haut... Wink

L'évoulution, et la progressive disparition des peuples en tribulation, et aussi cette sorte d'oposition entre sédentaires et nomades, n'est pas nouvelle en fait, puisque c'est exactement ce que l'on peut comprendre à travers le symbolisme dans la tradition Judéo-Chrétienne, entre Abel et Caïn...


.....Et puis, à notre époque, il est frappant de constater que l'on n'a jamais eu autant de moyens rapides et modernes à notre disposition pour se déplacer, et que pour autant il est de plus en plus difficile et compliqué de traverser une frontière et des pays !.... Mr. Green

_________________
Utilisez la fonction pour modifier vos messages !
Revenir en haut Aller en bas
 
Sans domicile fixe...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
le forum du fourgon aménagé :: NOMADE'S LAND :: NOMADE'S LAND...-
Sauter vers: